Aubert  -   Cauvy  -   Charpentier  -   Dufour  -   Facchina  -   Laumonnerie  -   Simas

Léon CAUVY - (Montpellier 1874 - Alger 1933)

C'est à l'âge de 12 ans que Léon Cauvy rentre à l'Ecole régionale des Beaux Arts de Montpellier, où il suit les cours d'architecture et de dessin jusqu'en 1895. Il décide alors de s'établir à Paris où il est l'élève du peintre d'histoire Albert Maignan (1845-1908). Revenu à Montpellier, il se marie en 1898 et concourt entre 1896 et 1906 à diverses expositions artistiques et salons, où il expose des peintures mais aussi de nombreuses pièces de mobilier en cuir repoussé.
C'est justement en 1898 que Léon Cauvy conçoit pour Emmanuel Laurens les cartons d'un ensemble de mobilier. Il s'agit d'un imposant bureau, de deux armoires, d'une étonnante banquette d'angle, ainsi que de quatre chaises et un fauteuil qui présentent tous des décors en cuir pyrogravé et aquarellé, dont Léon Cauvy est également l'auteur. Ces pièces d'exception sont aujourd'hui la propriété de la municipalité.
L'intérêt que porte Léon Cauvy aux arts décoratifs est sans cesse réaffirmé par ses envois aux concours lancés par les revues de décoration de l'époque : entre 1898 et 1905, il est primé douze fois par Art et décoration pour des concours d'affiches, de lettres ornées, de mobilier ou encore de papiers peints.




Les deux Miroirs - 1906
Estampe d'après une huile sur toile



Les Ouled Naïls - 1932
Huile sur toile - 1m88 x 2m30
Musée des Années 30

Participant assidûment aux Salons de la Société des Artistes Français dont il est sociétaire depuis 1906, il se voit décerner en 1907 une 3éme médaille de peinture. Il obtient la même année une bourse pour la Villa Abd-el-Tif, l'équivalent algérien de la villa Médicis, dont il est le premier pensionnaire.
Séduit par la ville blanche, il s'installe à Alger, et fréquente un maître de la peinture algérienne, Etienne Dinet, alors installé à Bou-Saâda. Cette nouvelle vie lui inspire un grand nombre d'œuvres. Il représente volontiers des scènes de la vie quotidienne arabe, traitées en de grands aplats colorés.

Nommé directeur de l'Ecole des Beaux Arts d'Alger dès 1909, il occupe très professionnellement ce poste jusqu'en 1933.
Médaillé en 1911 par la Société des Artistes Français, membre de la Société des Artistes Algériens et Orientalistes, il devient alors une des figures majeures de la création artistique orientaliste. Il réalise, pour l'exposition des Arts décoratifs de 1925, la décoration du pavillon algérien, directement inspirée par l'artisanat indigène et placée dès l'année suivante dans le Palais d'Eté du gouverneur général. En 1930, l'année du centenaire de l'Algérie, il conçoit une affiche publicitaire, ainsi qu'une partie des peintures murales du salon d'honneur des Assemblées algériennes puis, en 1931, le décor du pavillon de l'Afrique du Nord à l'exposition coloniale.

Lorsqu'il décède en 1933 des suites d'une méningite, le musée d'Alger organise en son hommage une exposition commémorative de son œuvre, et en 1935, un grand prix de peinture portant son nom est mis en place par l'Union Artistique de l'Afrique du Nord.


 
Accueil  -  Histoire  -  Emmanuel  -  Artistes  -  Visite  -  Actualité  -  Mécénat  -  Contact