Aubert  -   Cauvy  -   Charpentier  -   Dufour  -   Facchina  -   Laumonnerie  -   Simas

Théophile Hyppolite LAUMONNERIE - (Dournazac 1863 - Paris 1924)

Fils d'un commis épicier, François Hyppolite Théophile Laumonnerie est né le 12 janvier 1863 à Dournazac (Haute-Vienne). Envoyé à Paris dès l'âge de 10 ans, on le destinait au métier de tapissier. C'est en suivant des cours de décoration, qu'il approche un peintre-verrier, probablement Pierre Jules Boulanger (peintre-verrier de Rouen) et se passionne pour cette discipline. Souhaitant perfectionner son art, il prend des cours du soir de dessin, puis, suit l'enseignement de l'Académie particulière de Cormon. Il entre enfin à l'Ecole des Beaux Arts où il est l'élève de Jules Lefebvre. Il épouse à Paris en janvier 1899 Jeanne Autant qui semble avoir travaillé avec lui sous le nom de Jeanne Autant-Laumonnerie.
Actif de 1884 à 1919 environ, il fut notamment le collaborateur du peintre-verrier parisien Charles Leprévost et des cartonniers Henri-Marcel Magne et Eugène Martial Simas.
Dès 1893, Théophile Laumonnerie est membre de " l'Association des Artistes Peintres-Verriers de France ", puis devient le président du bureau en 1896. Son engagement syndical pour la défense de sa corporation et de son art semble être une de ses préoccupations.
Après une participation à l'Exposition des Sciences et Arts Appliqués à l'Industrie à Limoges en 1886, il présente très régulièrement des oeuvres aux Salons de la Société des Artistes Français de 1895 à 1910, de la Société Nationale des Beaux arts de 1894 à 1896, ainsi qu'au salon de la Société des Artistes Décorateurs (1902 et 1904). Médaillé de bronze à l'Exposition Universelle Internationale de Paris en 1889 pour une composition " Renaissance " en vitrail, il participe également à celle de 1900, et à celle de Saint Pétersbourg. Il réalise de nombreux vitraux pour des bâtiments religieux : la basilique du Sacré Cœur, l'église de Saint Quentin, de Bougival, de Montmorency.


Souvenir d'Automne
1900 - Vitrail
Roubaix - La Piscine
Musée d'Art et d'Industrie
André Diligent
Photo : Arnaud Loubry


Détail vitrail du Salon
Château Laurens

Face à un nouvel engouement pour le vitrail civil et au renouvellement du répertoire décoratif, Théophile Laumonnerie conçoit un grand nombre de pièces de vitrail destinées à orner des appartements ou des demeures, comme la maison de M. Jansen.
Il réalise ainsi de véritables mosaïques de verres pour des fenêtres de fumoir, de salle de bain, de boudoirs, de halls ou de salon de musique.

Dans le Château Laurens, on retrouve cinq verrières en vitrail, dont la plus spectaculaire qui mesure 5m40 sur 3m50, est datée de 1896. Elle porte les signatures de Théophile Laumonnerie et de son cartonnier, Eugène Martial Simas. Exposée au Salon de la Société des Beaux Arts de 1896, elle reçoit un accueil très mitigé et bénéficie une critique peu élogieuse d'Emile Delalande.

Emmanuel Laurens ne semble pas avoir tenu compte de cette critique et fait l'acquisition de ce vitrail. Il achète également à Eugène Simas et à Théophile Laumonnerie quatre autres verrières qui sont de réalisation légèrement postérieure. Aujourd'hui déposé, cet ensemble exceptionnel ornait les ouvertures d'un salon, d'une chambre et d'une salle de bain.


 
Accueil  -  Histoire  -  Emmanuel  -  Artistes  -  Visite  -  Actualité  -  Mécénat  -  Contact